Quoi après l’hôpital psychiatrique ? Un nouveau regard sur la Psychothérapie institutionnelle

Depuis quelques mois et après des années de silence, les alertes médiatiques se multiplient sur les problèmes de la psychiatrie française. Les constats effarants sur l’état du système hospitalier (avec heureusement des exceptions) se succèdent, de même que les promesses gouvernementales. Des réformes s’imposent et un plan de reconstruction (dénommé « feuille de route ») a été promulgué par la ministre en charge de la Santé fin juin 2018.

Si le besoin d’une refonte de la psychiatrie publique fait l’unanimité, c’est beaucoup moins vrai pour les solutions envisagées : comme le rôle de l’hôpital public est de plus en plus restreint à la prise en charge des urgences et des premiers soins de courte durée, l’accent reste mis par les autorités de tutelle sur le « tout ambulatoire », au nom d’une société « inclusive » (i.e. les malades/handicapés retourne dans leur milieu habituel après l’hospitalisation). Or cette prise en charge ambulatoire est inadaptée aux personnes handicapées psychiques les plus lourdement atteintes, et les exclue au lieu de les inclure : au moins 150.000 d’entre elles sont à l’abandon du système de soins.

Alors la question se pose : pour elles, QUOI APRES L’HÔPITAL PSYCHIATRIQUE ?

Les familles le savent qui peinent à trouver une solution pour accueillir, soigner et réinsérer avec la patience qu’il faut leur enfant handicapé par une psychose sévère et chronique, les structures adaptées sont beaucoup trop peu nombreuses. Parmi elles, les dernières cliniques privées de psychothérapie institutionnelles n’offrent plus que quelques centaines de places, et semblent en sursis.

La psychothérapie institutionnelle est née avec la révolution psychiatrique. Bien que participante avant l’heure du mouvement d’inclusion des patients dans la société, elle est taxée aujourd’hui d’être surannée et rétrograde. Or elle est particulièrement performante, le montrer était le but de cette journée. Il importait en effet de faire redécouvrir les réalités de la psychothérapie institutionnelle d’aujourd’hui en clinique privée, et quel meilleur vecteur pour ce faire qu’inviter à cette (re)découverte un éminent professeur de CHU, donc du secteur public, en la personne du Pr Antoine Pelissolo.

Autour du Pr Pelissolo, de nombreuses personnalités ont été invitées : hauts fonctionnaires des ministères concernés, parlementaires, élus, médecins, dirigeants d’associations, journalistes… En raison de la date, peu ont pu venir, mais les participants ont vécu un moment de grande intensité en découvrant que la Clinique de Chailles était à la pointe de la performance en termes de soins, d’accompagnement vers la réinsertion mais aussi en termes économiques.

La visite du domaine de La Chesnaie est surprenante à bien des égards, par ses installations ultramodernes pour certaines, délicieusement rétros pour d’autres, ses bâtiments parfois très originaux, l’ensemble abritant une organisation des soins – dispensés en continu pendant la durée nécessaire –, attentionnée et diversifiée, un résidentiel qui l’est tout autant et une vie sociale active et ouverte sur l’extérieur. L’ensemble est d’une richesse inattendue.

La table ronde qui a clôturé la journée a permis de confronter des avantages et inconvénients du secteur public par rapporta au privé, et les méthodes thérapeutiques. Le Pr Pelissolo a rappelé que l’hôpital public, souvent  installé dans un bâti ancien et urbain, avait des coûts plus élevés mais aussi que le secteur public avait la charge d’assurer la recherche et la formation, d’où les écarts tarifaires. Par rapport à la psychothérapie institutionnelle, la différence la plus criante est le manque de moyens humains, victimes des coupes budgétaires, alors que le soin en psychiatrie demande du temps. Or le secteur public en a de moins en moins à consacrer à chaque patient.

Une clinique comme celle de Chailles constitue un relais efficace après l’hôpital psychiatrique public, à preuve : 95 % des candidatures à l’admission proviennent de ce dernier. Efficace et … irremplaçable ?

 

chesnaie

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s